Déroulement d'une Séance d'Ostéopathie



Voici en résumé, le déroulement d’une séance d’ostéopathie :

 

1. L’INTERROGATOIRE

Une séance d’ostéopathie commence par un interrogatoire clinique. Aussi appellé « anamnèse », cette première étape consiste à poser un ensemble de questions au cours d’un entretien approfondit afin de cerner au mieux le patient et son motif de consultation. Autrement dit, cette phase permet à l’ostéopathe de faire un « bilan » de son patient, sur le plan médical. L’ostéopathe doit savoir tout ce qui peut lier votre histoire à celle de votre douleur. L’objectif étant pour lui de réaliser un diagnostic.

 

2. L’OBSERVATION

Ensuite, l’ostéopathe vous examine. Il observe son patient : debout, assis, allongé… Le but étant de mettre la douleur en relation avec le reste du corps. Cette notion de globalité est capitale. Souvent, la « cause » de votre douleur est située à distance de celle-ci.

 

3. LA PALPATION

Etape capitale qui différencie les bons ostéopathes dès moins bons. Cette étape permet de réaliser un « diagnostic palpatoire ». Autrement dit un « état des lieux » des tensions de votre corps et de ses « restrictions de mobilité ». Au cours de cet examen, l’ostéopathe effectue donc « un bilan mécanique » de votre corps.

 

4. LES TESTS OSTEOPATHIQUES ou TESTS DE MOBILITE

Cette phase de tests est essentielle pour dresser le « bilan ostéopathique complet » de votre corps. Ces tests se font debout, assis, couché à plat dos, sur le ventre… L’ostéopathe réalise plusieurs types de tests : articulaires, viscéraux et crâniens. A la fin de cette phase, l’ostéopathe connaît les zones de restrictions de mobilités de votre corps, autrement dit, les zones qui ne bougent plus ou moins bien.

 

4. LE TRAITEMENT

Pour cela, l’ostéopathe a à sa disposition tout un arsenal de techniques (structurelles, viscérales, crâniennes, fasciales, tissulaires) afin de pouvoir s’adapter à tout patient ou tout cas clinique. Les différentes techniques réalisées ne sont que la concrétisation d’un diagnostic. L’ostéopathe vérifie ensuite et systématiquement son travail afin de s’assurer du bon déroulement de son traitement.

 

5. CONSEILS / INFORMATIONS

Le traitement est terminé. L’ostéopathe donne de précieux conseils à son patient afin d’ancrer le traitement dans le temps. Généralement, il est recommandé de se reposer 2 à 3 jours afin de permettre au corps de trouver son nouvel équilibre et de s’adapter à sa nouvelle position. Durant cette période, une fatigue saine et tout au plus des courbatures le lendemain peuvent être ressenties. Il n’y a pas d’effets secondaires à proprement parler mais des réactions. Le plus souvent la séance est le déclencheur de changements qui vont s’opérer dans le corps pendant plusieurs jours.

 

EN RESUMER :

Le traitement consiste en la normalisation de vos restrictions de mobilités en exerçant des mobilisations sur les articulations et les viscères qui en ont besoin ainsi qu’un travail tissulaire nécessaire. Afin d’être le plus efficace possible, j’explique à mes patients tout ce que je fais. « Comprendre » votre corps fait parti intégrante du traitement. En plus de vous rassurer, cela me permet d’établir une relation de confiance avec vous et d’obtenir de votre part un plus grand lâcher prise. Cette détente est essentielle pour obtenir de bons résultats. Pour cela, je vous demande souvent de vous concentrer sur votre respiration. Vos questions sont toujours les bienvenues. La douleur peut augmenter après une séance, et diminuer fortement dans les 48 – 72h qui suivent. Elle est due à l’inflammation qui suit la manipulation.

 

A SAVOIR :

- Votre ostéopathe vous demandera de vous dévêtir, sauf si cela vous pose un problème. C’est préférable car je peux m’apercevoir de la présence de cicatrices par exemple ou simplement pour constater le grain de peau qui me renseigne sur l’état du foie.
- Votre ostéopathe peut être amené à faire un diagnostic d’exclusion si votre pathologie ne relève pas de l’ostéopathie. Il vous orientera alors vers le spécialiste le plus à même de vous prendre en charge (médecin traitant, spécialiste, service d’urgences).
- Une appréhension peut exister quand vous allez chez l’ostéopathe. Se sont les techniques dites de « thrust ». Rassurez-vous, si vous ne le désirez pas, votre thérapeute est en mesure d’adapter son traitement à vos attentes. Il suffit simplement de lui en faire part.
- Pensez à amener vos « examens complémentaires » : radios, scanner, IRM… votre ostéopathe a besoin de connaître tous les détails de votre anatomie et en particulier celle de votre rachis cervical.

 

 

© Copyright Ostéo Passion 2011-2018 | Mentions Légales

footer Développement par Webtao Design par Stéphane Méheux